Le manga qui veut tout simplement désigner les bandes dessinées japonaises connait depuis cette dernière décennie un succès fou. Aujourd’hui dans le monde après les Japonais eux-mêmes, ce sont les Français qui arrivent en deuxième position en matière de cibles consommatrices.

Le manga au Japon 

Au Japon, le secteur du manga  est devenu un phénomène viral et une activité très lucrative. L’engouement autour de ces bandes dessinées est tel que les Japonais en raffolent à chaque sortie nouvelle de manga. Plus de la moitié de la population du Japon lit au moins par semaine un manga. D’ailleurs, le prix du manga lui-même a fait qu’il ne pouvait en  être autrement. Toutes les classes sociales peuvent s’en procurer. Le classique Dragon Ball japonais s’est écoulé dans le monde que son rival européen les aventures de Tintin. La popularité de la bande dessinée japonaise est planétaire. Le manga contemporain a son origine dans les années 1900 dans les journaux nippons avec une certaine influence américaine. Mais cela qui va porter la bande dessinée nippone au pinacle c’est Tezuka Osamu en innovant avec le manga moderne, celui sous sa forme actuelle. Il ira plus loin en 1963 en réalisation la première animation nippone pour la télévisée connue sous le titre de Astro, le petit robot.

L’univers du manga en France

Les mangas débarquent à la télévision en France dans les années 1970. Cependant, c’est une décennie plus tard  que les séries d’animation japonaise pour enfant arrivent de façon massive à la télévision. Il s’agissait à l’époque de Goldorak, Candy, Capitaine Flam pour ne citer que celles-là. Ces différentes séries remportent un franc succès en France, mais paradoxalement les bandes dessinées nippones en version papier n’étaient aussi prolifiques. Mais aujourd’hui,  et ce depuis 2006 la France est devenue le pays qui consomme le plus de manga derrière la nation nippone.